Réchauffement climatique et nappes phréatiques


Pour que l’humain puisse vivre sur la planète, il y a deux composantes primordiales nécessaires: l’air pour respirer et l’eau pour s’hydrater. Ensuite, bien sûr, il faut le sol pour la culture et se nourrir, la lumière et la température pour faire pousser et développer l’environnement animal et végétal. Au final, suite à ces considérations basiques, il faut un milieu équilibré pour garantir la viabilité de notre écosystème.
Il s’avère donc que la vie ne peut se développer sans eau quelle qu’en soit sa forme, l’eau est à l’origine de toute source de vie.
En Bresse bourguignonne, dans les campagnes et dans les villes, les nappes phréatiques alimentent traditionnellement les puits et les sources en eau potable, donc propre à la consommation.

Aujourd’hui, cette source d’alimentation pourrait être compromise par le réchauffement climatique et, son impact mérite d’être pris en considération dès maintenant.
Au début de l'année 2018, le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) signalait un niveau de nappes phréatiques anormalement bas en France.
En 2018 la Bresse bourguignonne a été particulièrement touchée par une période de sécheresse avec des cumuls mensuels pour la plupart inférieurs aux normales.
La situation est identique pour les trois premiers mois de 2019, ce qui n’est pas rassurant pour la suite, car en principe, les sécheresses devraient se multiplier en tous points du globe.
Un article de Nathalie Mayer, journaliste à la revue Futura Planète, apporte quelques explications sur cette épineuse problématique sous le titre :
Enael (Exclusivité CMAM)


Posts les plus consultés de ce blog

Un conteur d'aujourd'hui pour les générations de demain

Pour vous, les jeunes générations héritières du dérèglement climatique ...

Partout dans le monde, l’avifaune s’effondre ...