Limiter le réchauffement est-ce bien possible ?


L'humanité doit aujourd'hui prendre en main sa destinée. L'enjeu est fort, si l'on ne veut pas que la civilisation s'éteigne dans la cuisson et l'étouffement d'ici la fin de ce siècle.
L'Homme a abusé des biens que la nature lui mettait à disposition. L'Homme n'a pas anticipé par cupidité, par égoïsme, par mépris de son environnement et de ses pairs, les risques qu'il encourait sur un terme qui pourtant aurait dû lui paraître évident.
Les quelques voix qui se sont élevées depuis le début de la prétendue ère de l'anthropocène, celle de l'influence de l'homme sur l'accélération de la détérioration de son milieu, n'ont pas eu l'impact essentiel à la réflexion d'un futur en harmonie avec un développement cohérent.
Alors aujourd'hui, il faut prendre les bonnes options, les décisions qui doivent permettre de limiter les dégâts face à une douloureuse réalité. Limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, ce qui va évidemment impliquer de ne plus vouloir émettre des émissions de CO2 d'ici une période butoir que certains scientifiques estiment être au plus tard en 2050.
Mais cette anticipation doit pourtant être plus radicale, plus raisonnée, elle devrait prendre en compte une échéance plus courte, face à l’incertitude de l'amplitude de ce réchauffement.
Est-ce bien possible ? On peut évidemment en douter en regard des événements que nous sommes en train de vivre en cette deuxième décade du XXIème siècle.
Et cependant, il y a un devoir de chacun envers les jeunes générations qui seront héritières de nos actes.

Enael (Exclusivité CMAM)

Posts les plus consultés de ce blog

En Arctique, des paysages enfouis depuis plus de 40 000 ans ont refait surface

Pourquoi la fonte du glacier Thwaites inquiète les scientifiques

Rapport de température globale pour 2018